AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le secret de la reine | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mórríghan D. Middwyf
avatar

Reine de Dàl Riada


Messages : 125
Date d'inscription : 08/09/2012
Lieu d'habitation : Dal Riada
Métier/classe sociale : Reine du Nord

Mes savoirs
Allégeance: Hannraoi ( Nord )
Statut RP : Disponible

MessageSujet: Le secret de la reine | Libre   Lun 20 Avr - 21:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pray to god
Un rayon de soleil parmi les nuages. La reine nordique regardait par la fenêtre de ses appartements. Ses sujets étaient tous occupés, elle avait demandée, non, exigée à ne pas être déranger sous aucun prétexte donnant comme excuse une fatigue liée à sa grossesse. La souveraine posa ses mains sur son petit ventre rond de quatre mois. L'enfant était en parfaite santé, il ou elle était de bonne constitution. Rien de bien étonnant car, le père, le "bon" roi Hannroi était un fort et valeureux, quand à la reine sous son masque mielleux, se caché un caractère affirmé et vindicatif. Néanmoins, ce n'était pas sa grossesse qui la fatiguait en vérité, elle se sentait étrangement à fleur de peau, à deux doigts de la crise de nerf... c'était ses pouvoirs de prêtresse... elle ne s’exerçait pas assez, ses pouvoirs augmentaient et devenait de plus en plus incontrôlable. La reine était tendue et se savait en danger pour aujourd'hui. D'un geste de la main, la porte se ferma à double tour. Si seulement elle pouvait laisser libre court à sa magie mais, cela pouvait l’entraîner au cachot, bûché, voir répudié et cela, Morrigan n'en voulait pas, elle était bien trop gâtée et habituée à son luxe et au pouvoir. Diriger, commander, c'est tout ce qu'elle adorée! Bien sûr, elle devait faire avec son époux Hannroi qui lui seul dirigé mais, elle se savait aussi manipulatrice et habile pour parfois convaincre son époux à changer d'idée. Les nobles ne l'aimaient mais, la craignaient tout autant quand aux autres, ils ne la connaissaient pas. Morrigan était habile pour cacher son jeu, son secret cela faisait plusieurs années qu'elle le caché.

La souveraine se retourna pour se rendre vers son bureau en bois sculpté, de sa bourse, elle sortit une clé qu'elle gardait toujours avec elle, un tour de clé et elle sortit un petit bol en bois sacré par une haute prêtresse. C'était le seul bien de sa défunte mère qui elle même fut prêtresse. La souveraine déposa de l'eau au fond du bol et en invoqua à sa déesse:
« Médiane, déesse parmi les déesses, j'en appelle à vous  », les yeux de la souveraine s'éclaircirent en quelques secondes, Morrigan utilisait ses pouvoirs et comme à chaque fois ils brillaient d'une lueur dorée. Une flamme apparut devant ses yeux et aussitôt, la souveraine regardait dans le bol. L'avenir, elle tentait tant bien que de mal de le lire mais, il était tellement difficile à voir, souvent c'était le brouillard complet.

Parfois, elle arrivait à voir quelques brides en revanche, il n'était pas possible de les comprendre et même si c'était le cas, il n'était pas possible de déjouer le cours de l'histoire, d'échapper à son destin c'était la première leçon qu'elle avait apprise en tentant une fois de changer le cours de l'histoire. Alors qu'elle était en pleine séance de "spiritisme" des coups se firent entendre contre sa porte ce qui surpris la jeune souveraine et fit éclater le miroir en milles morceaux.
« Votre majesté est-ce que tout vas bien ?   » Les coups se firent plus fort. Morrigan rangea rapidement son accessoire de sorcellerie et partit ouvrir la porte. C'était un garde envoyé par le médecin en permanence de la cour. Le garde regardait inquiet sa reine puis, son regard se posa sur le miroir. Morrigan se retourna et inventa une excuse:« Ah.. j'ai remarquée qu'il y avait un trait étrange sur le miroir et quand j'ai voulus regardait de plus près et en triturant un peu, ce dernier s'est tout simplement brisé.  » Le garde n'était pas convaincus mais, il lui était impossible de dire que la souveraine mentait.  « Je vais envoyer une personne nettoyer ça.   »  La souveraine fit son plus beau sourire et referma doucement sa porte.
Impossible d'être tranquille dans ce château ! Elle partit s’asseoir sur une chaise et quelques secondes plus tard, une servante venait nettoyer les dégâts causé par la magie. La reine était de très mauvaise humeur, il fallait absolument un moyen de s'exercer tranquille autrement, il lui serait encore plus difficile de cacher sa magie.  
crackle bones


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« The sound of iron shocks is stuck in my head »
A soldier on my own, I don't know the way
I'm riding up the heights of shame
I'm waiting for the call, the hand on the chest
I'm ready for the fight, and fate [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannraoi C. V. Middwyf
avatar




Messages : 33
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Mar 21 Avr - 0:15

Bien que Hannraoi savait la Reine fatiguée, il décida d'aller lui rendre visite. Le Roi souhaitait prendre de ses nouvelles et discuter un peu avec son épouse pour lui témoigner son soutien. Les grossesses lui avaient toujours semblé éprouvantes et pénibles. Même sa douce Aislinn, de son vivant, pouvait se montrer revêche lorsqu'elle était en couche. Le caractère de Mórrighan, n'étant déjà pas facile à la base, ne devrait pas s'améliorer avec ce poids supplémentaire. À la cour, des rumeurs circulaient depuis un moment sur la fidélité de la Reine. Certains nobles la prétendaient infidèle et secrète. Elle dissimulerait ses véritables intentions ainsi que ses nombreux amants au Roi. Hannraoi préférait ne pas écouter ces oiseaux de malheur qui jacassaient à longueur de journée. Cependant, depuis que sa femme était enceinte, l'idée lui avait effleuré l'esprit que l'enfant pourrait être illégitime. Si Mórrighan lui était bel et bien infidèle, les chances qu'elle enfante d'un bâtard n'étaient pas à négliger, mais le Roi avait bien vite chassé ces vaines inquiétudes. Il était injuste que Mórrighan ne pâtisse des cancans de la cour et Hannraoi se jura de ne pas évoquer ces doutes en la présence de la Reine. Ce serait une véritable insulte indigne d'elle.

Il arrivait enfin aux appartement de son épouse lorsqu'il croisa une domestique. Cette dernière s'engouffra dans la suite royale et Hannraoi s'étonna que sa femme ait fait mander une servante en pleine journée, elle qui aimait profiter de ses moments de solitude. Le Roi s'approcha du battant et frappa respectueusement trois légers coups du dos de l'index pour signaler sa présence. Il ouvrit la porte déjà entrebâillée et pénétra dans la pièce. Mórrighan était assise à son bureau et Hannraoi comprit qu'elle devait être contrariée, ou du moins que quelque chose la préoccupait. Sa femme, si belle et mystérieuse, avait aujourd'hui les traits tirés par la fatigue et l'inquiétude. Le Roi crut bon de mettre cela sur le compte de la grossesse. Tout de même, la Reine restait magnifique et il se laissait toujours surprendre par son charme. Dommage que leur complicité n'était pas telle qu'il l'avait espéré en l'épousant.

Il observa ensuite la domestique qui était en train de ramasser des morceaux de verre à l'aide d'un balais. Le verre provenait d'un miroir qui avait dû se briser. Comment? Telle était la question. Dès que la servante le vit pénétrer dans l'appartement de la reine, celle-ci se redressa et fit la révérence.
Votre majesté. Hannraoi accueillit ce salut respectueux d'un hochement de tête. La jeune femme s'enquit alors, nerveuse de se retrouver en présence des deux souverains du Royaume.Votre Majesté désire-t-elle que je la laisse seule avec La Reine?
Le Roi jeta un regard vers Mórrighan pour s'enquérir de son avis mais ne parvenant à trouver son regard, il prit la décision pour elle.
Continuez. Vous partirez une fois le travail terminé.
La jeune femme s'inclina et se remit au travail avec empressement. Hannraoi se dirigea alors vers le bureau de sa femme et se planta devant elle.
Madame, j'espère que je ne vous dérange pas.Le vouvoiement était de mise. Les souverains n'étaient pas seuls...Je viens simplement m'enquérir de votre état de santé et de votre humeur.
Bien sûr, le Roi ne s'était pas déplacé rien que pour discuter de telles banalités avec la Reine. Aussi, si Mórrighan se montrait avenante, il lui parlerait d'autre chose, une chose bien plus importante encore.

Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mórríghan D. Middwyf
avatar

Reine de Dàl Riada


Messages : 125
Date d'inscription : 08/09/2012
Lieu d'habitation : Dal Riada
Métier/classe sociale : Reine du Nord

Mes savoirs
Allégeance: Hannraoi ( Nord )
Statut RP : Disponible

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Mar 21 Avr - 2:06

Mórrighan n'était pas la plus aimable des femmes. Sa beauté était sa plus grande qualité, mais, ses défauts fortement présents déjoués en sa faveur. Certaines langues bien trop pendues l'ont trouvé "froide", "distante" au point qu'ils osaient dire que la consommation du mariage n'avait pas été faite et que le père de l'enfant à naître n'était pas du roi. De plus, des rumeurs sur ses infidélités commencées à naître. Mórrighan était certes infidèle mais pas stupide. L'enfant était bien du roi, elle avait toujours pris soin de ne pas tomber enceinte de ses amants quitte à se rendre malade en prenant des plantes abortives. De plus, les amants n'étaient plus au rendez-vous depuis qu'elle était enceinte ce qui était un bien pour un mal, au moins les langues finiraient par se taire et en attendant, la souveraine aura fait preuve de vertu et fidélité.
Assisse, elle se sentait brusquement fatiguée comme à chaque fois qu'elle utilisait ses pouvoirs depuis quatre mois. Elle fixait les dégâts causés par elle-même et la servante ramasser les débris surveillant qu'elle ne se blesse pas. Non pas qu'elle était compatissante, mais, il ne fallait pas tâcher le sol de ses appartements. Trois petits coups se firent entendre de la porte. La reine leva les yeux au ciel, était-il possible de rester tranquille dans ce château ?! Le son des pas reconnaissable entre milles fit savoir à la reine que son époux était dans ses appartements. La servante prit la parole et s'évertua à faire des courbettes devant son souverain, il n'y avait plus de doute possible, le Roi était présent dans la pièce. La Reine était soudainement tendue par la présence de son époux, ils étaient rares qu'ils se trouvent seuls, qu'il vienne la voir, car, tous savaient que Mórrighan appréciée la solitude. Muette et impassible, elle laissa son époux donner ses ordres concernant la servante qui prit soudainement moins de temps à tous ramasser.

Hannraoi s'approcha de sa reine en lui faisant face. Il était comme ça le bon roi du nord. Grand, fort, charismatique et honnête. Les yeux clairs, les cheveux clairs, il contrastait avec l'apparence de son épouse autant par le caractère que par le physique ne serait-ce que par les cheveux noir de jais de la reine. La souveraine posa son regard sur son époux, elle était surprise qu'il vienne s'enquérir de sa santé. D'un ton las, le son de la voix de la reine se fit enfin entendre :

« Je n'ai qu'une simple fatigue sans doute passagère... » prononça-elle « Il semblerait que l'enfant soit des plus vigoureux et ne me laisse que peu de répit, ce qui annonce des prochains mois difficiles. Mais, ne vous en fait pas Messire, je suis bien entourée, ici. »

Elle lui fit un sourire timide avant de se retourner vers la servante qui venait de terminer et s'en allée en saluant ses souverains. Une fois seuls, la reine se sentait encore plus tendue. Hannraoi n'était surement pas venus lui parler de sa santé, s'il avait pris soin de se déplacer, c'était sans doute pour lui parler d'une affaire sérieuse. La souveraine se leva de son siège, prenant soin de ne pas aller trop vite afin d'éviter tous vertiges. Elle se dirigea vers une petite table et servit un verre de vin qu'elle porta à son époux. Il était impératif qu'il soit détendu. Finalement debout, elle laissa parcourir son regard sur son époux. Il était magnifiquement vêtu, il respirait l'élégance et le charisme. Détournant son regard à nouveau, elle pris la parole et désigna son miroir :

« J'ai bien peur qu'il faille le remplacer, je ne pensais pas qu'une fissure pouvait faire autant de brisures. »

Si seulement Hannraoi savait la vérité.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« The sound of iron shocks is stuck in my head »
A soldier on my own, I don't know the way
I'm riding up the heights of shame
I'm waiting for the call, the hand on the chest
I'm ready for the fight, and fate [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannraoi C. V. Middwyf
avatar




Messages : 33
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Mer 22 Avr - 11:40

La Reine répondit avec une évidente lassitude. Elle était en effet fatiguée et l'enfant lui demandait beaucoup d'énergie mais elle rassura bien vite le Souverain : elle se disait bien entourée. Pourtant le Roi la trouvait plus affaiblie que d'habitude. Peut-être avait-elle été malade ce matin. Il se tourna ensuite vers le miroir, perplexe.

Mórrighan se leva pour aller lui chercher un verre de vin. Le Roi ne refusa pas cette attention. Il adorait ce breuvage produit par les meilleurs vignerons du Nord sans pour autant en abuser. Et puis, un petit moment de détente ne lui ferait pas de tort. Il but une gorgée lorsque la Reine évoqua l'incident du miroir. Selon ses dires, une fissure serait à l'origine de sa brisure. C'était en effet probable, bien que surprenant.
Certainement un défaut de fabrication. Renchérit le Roi. Il faudra le remplacer. Je passerai commande pour vous auprès de l'Artisan, si vous le désirez.
Il voulait que la Reine ne manque de rien. Sa grossesse devait déjà être assez pénible pour qu'en plus elle n'ait pas tout le confort requis. Ce n'était qu'un simple miroir, mais Hannraoi savait que c'était un objet précieux aux yeux de sa femme. Il en faisait donc une affaire personnelle. Il se tourna ensuite vers son épouse qui se tenait à ses côtés. D'un air presque absent, il passa ses doigts dans les cheveux noir de jais de sa femme tout en les écartant de son visage. Ils étaient seuls, désormais.
Tu sais que si quelque chose ne va pas, tu peux m'en parler n'est-ce pas?
Il ne voulait pas se montrer trop intrusif. Et pourtant c'était exactement ce qu'il était en train de faire. Le Roi avait l'impression qu'il venait de se passer quelque chose et que Mórrighan refusait de lui en parler. C'était frustrant. Il espérait un petit peu plus de confiance de la part de sa femme. Depuis le début, Hannraoi savait qu'il n'y avait aucune transparence entre eux. Tout était sombre et mystérieux. Si ce mystère lui avait plu dans les débuts de leur mariage, il devenait aujourd'hui pesant. Il fallait que la Reine lui parle davantage. Il n'était pas qu'un simple étranger, tout de même.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mórríghan D. Middwyf
avatar

Reine de Dàl Riada


Messages : 125
Date d'inscription : 08/09/2012
Lieu d'habitation : Dal Riada
Métier/classe sociale : Reine du Nord

Mes savoirs
Allégeance: Hannraoi ( Nord )
Statut RP : Disponible

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Mer 22 Avr - 21:14

Mórrighan n'avait jamais voulut de se mariage ainsi, les relations avec son époux était étrange. Hannroi faisait tout pour lui faire plaisir mais, Mórrighan ne le lui rendait pas ou très peu. Elle était certes obéissante, muette mais contrairement à la défunte reine, Mó n'était pas chaleureuse et encore moins câline. En réalité, elle représentait pleinement les climats hivernaux =, froid et peu accueillant. Ainsi, le fait que le roi se propose de changer le miroir et qu'il puisse même croire l'excuse de son épouse n'était pas surprenant.
Une fois seuls, le roi s'approcha de son épouse et passa ses doigts dans la chevelure de son épouse.
Il lui fit savoir qu'elle pouvait lui parler de tout. Mórrighan était touchée par cette marque de confiance mais, ce n'est pas pour autant qu'elle allait dire son inavouable secret. Sa mère lui avait dit de ne faire confiance à personne, qu'elle ne pouvait compter que sur elle-même, elle en eu la preuve le jour étaient partis. Son frère ne lui avait nullement manifester de la sympathie ou de la compassion, il s'était purement et simplement débarrassé de sa sœur en la vendant au roi.

Avec les hormones et le manque de sang-froid, la souveraine sentit la colère lui venir en repensant à son frère et au jour où elle partit pour le château. La couleurs de ses yeux se mit à briller d'une lueur doré durent quelques secondes. Mórrighan détourna le regard et lâcha un soupir. Quelle excuse allait-elle trouvée ?

« Je suis inquiète, très inquiète. » dit-elle tout en essayant de contenir sa colère et en cherchant les bons mots « La guerre gronde, j'ai peur que tu sois obligé de partir et j'ai peur pour le royaume.   » Ce qui était la vérité. Cette crainte la guettait depuis quelques temps. « Nous n'avons pas besoin d'ennemis si la guerre éclate, cette idée de taxer les nobles est une mauvaise idée, j'ai peur qu'ils se mettent à se révolter. De plus, si tu doit partir, Órfhlaith va devoir régenter et j'ai peur pour elle.   » La princesse était une jeune fille de caractère certes mais, insouciante. La reine se retourna vers son époux et poursuivit: « J'ai peur qu'elle ne prenne pas les bonnes décisions, qu'elle se laisse manipuler, tu sais comme moi que beaucoup de personnes sont mal intentionnés et certains sont habiles pour manier les mots. Elle est intelligente mais, insouciante.   »

Mórrighan n'avait fait que dire la vérité et ses craintes. Elle ne voulait se retrouver en danger par la faute d'une princesse trop insouciante et étant enceinte, la souveraine était d'autant plus vulnérable. Elle posa sa mains sur son ventre rond et rajouta:

« J'ai aussi peur de vous perdre..   » bien que tout n'était pas rose et qu'elle n'aimait pas son époux. La jeune femme ne voulait pas se retrouver veuve avant l'heure. Elle avait besoin de son époux même si elle ne pouvait se l'avouer. Ce dévoiler ainsi, n'était pas habituelle pour la souveraine, elle était très secrète voir pudique concernant ses sentiments et ses pensées. Pour une fois, elle avait osée se dévoiler en partie à son époux.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« The sound of iron shocks is stuck in my head »
A soldier on my own, I don't know the way
I'm riding up the heights of shame
I'm waiting for the call, the hand on the chest
I'm ready for the fight, and fate [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannraoi C. V. Middwyf
avatar




Messages : 33
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Mer 22 Avr - 22:28

La Reine resta muette plusieurs secondes durant. Pendant ce court laps de temps, le Roi crut voir plusieurs émotions transparaître dans son regard : tristesse d'abord et colère ensuite. Hannraoi perçut une lueur fugitive dans les yeux de sa femme qui se détourna aussitôt. Des larmes? Certainement. Comment expliquer ce reflet, sinon? Il était tout de même étonnant de voir Mórrighan se retenir de pleurer. Elle qui était si forte et si froide laisserait-elle à présent ses émotions parler pour elle.

Alors, la Reine parla. Elle confia ses sentiments à Hannraoi qui accueillit cette confession avec surprise et compassion. Il ne pouvait qu'encourager sa femme dans cette voie, elle qui ne parlait jamais de son ressenti. Aujourd'hui, le poids de l'inquiétude l'accablait bien plus qu'avant et elle confia ses craintes quant à la guerre qui s'annonçait. La taxe royale en préparation ne la rassurait pas et Hannraoi fronça les sourcils lorsqu'elle évoqua l'édit royal. Il savait que cette mesure n'était pas appréciée par la cour et Mórrighan avait raison. Pourtant, il n'en demandait pas tant aux Nobles : cette taxe était dérisoire en comparaison de leurs revenus et le peuple ne pouvait plus assumer les frais du Royaume seul. Il fallait que les Nobles y contribuent régulièrement et non ponctuellement comme c'était le cas. La Reine poursuivit et lui admit qu'elle redoutait également une éventuelle régence d'Órfhlaith. Elle la savait intelligente mais influençable. Le Roi acquiesça. Les inquiétudes de sa femme étaient fondée mais il se devait de la rassurer. Il posa une main compatissante sur l'épaule de son épouse.
Je sais. La guerre approche et le Royaume tremble. Je comprends tout à fait. Une période sombre se prépare, mais n'aies crainte. Le Royaume perdurera et je ne mourrai pas. Je refuse de mourir. Toi en couche et Órfhlaith à peine adulte, ce serait impardonnable que je meure maintenant.
Il lui lança un sourire bienveillant. Il espérait que cette attitude chaleureuse la rassurerait partiellement, même s'il savait que les craintes de sa femme ne s'envoleraient pas aussi facilement.
La taxe est nécessaire. Les périodes de guerre sont rudes pour tout le monde et les Nobles s'y attendent certainement. Le Royaume a besoin de cette taxe. Et je sais que dans le contexte diplomatique actuelle, cette mesure passera. Il est normal de réclamer plus d'impôt quand on lève une armée, ne t'inquiète pas. Et s'il y a des rébellions, je saurai les mater comme je l'ai fait jadis.
Il évoquait les quelques trahisons qu'il avait essuyées au cours de la guerre précédente. Ce genre de choses arrivaient souvent en temps de crise et Hannraoi avait su se montrer intransigeant avec les traîtres.
Órfhlaith ne serait pas prête à régner. Pas maintenant. Aussi, si je devais m'absenter pour un moment, je pourrais te nommer personnellement régente. Tant que ma fille n'a pas la majorité, j'ai le droit de décider qui me secondera, il me semble et tu es bien plus qualifiée qu'elle. Tu connais la cour et le Royaume. Tu sais te faire respecter. Ce sont les qualités qu'il faut pour gouverner. Je sais que tu te débrouillerais à merveille.
Dans les faits, Hannraoi n'avait pas confiance en Mórrighan au point de lui confier son Royaume ad vitam aeternam, mais il s'agissait d'une Régence et il savait que sa femme pourrait s'occuper des affaires royales en son absence, du moment qu'Órfhlaith garde une place essentielle dans la gestion royale. Mórrighan posa ensuite sa main sur son ventre rebondi, caressant le futur nouveau-né. Hannraoi posa sa main sur la sienne en signe de protection.
Tu ne perdras personne, ne t'inquiète pas. Tout ira bien.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mórríghan D. Middwyf
avatar

Reine de Dàl Riada


Messages : 125
Date d'inscription : 08/09/2012
Lieu d'habitation : Dal Riada
Métier/classe sociale : Reine du Nord

Mes savoirs
Allégeance: Hannraoi ( Nord )
Statut RP : Disponible

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Jeu 23 Avr - 1:56

    Parler de son ressenti fit un bien fou à la souveraine qui était bien trop solitaire et muette pour porter ses soucis seuls. La guerre et les conséquences qui pouvaient s'en dérouler étaient le sujet de conversation de tout le territoire. L'inquiétude se lisait sur tous les visages, la souveraine n'y échapper pas. Mórrighan savait qu'en cas de guerre certains nobles guerriers pourraient retourner leurs vestes pour plusieurs raisons. Ce qui l'inquiétait le plus c'était la défaite, le fait de perdre son époux. Son regard glissa sur ce dernier. Tous savaient que l'issue de la bataille se jouerait sur la position des dragonniers dans l'un des camps. Estham II, son beau-frère avait déjà l'assurance et la fidélité des chevaliers aux étranges pouvoirs, mais, Hannroi... Il n'avait que son courage et son épée. Elle était fière qu'il ne se laisse pas faire face à son cadet, mais, inquiète sur l'avenir. Si les dragonniers refusaient de se joindre au nord, les chevaliers ne seraient d'aucunes pitié, pire, si les dragonniers partaient au sud, le nord seraient obligé de capituler. Le roi posa une main compatissante sur sa reine qui l'écouta attentivement. Il se voulait rassurant, mais, tout cela n'était que des mots, de la théorie, la pratique était différente. Mórrighan fut à nouveau en proie à la colère quand il lui parla de ne pas renoncer à la taxe. Elle se mit à serrer les poings sans pour autant en rajouter.

    Visiblement, le roi semblait plus serein sur cette taxe et ne craignait pas une quelconque trahison ou Fronde. La reine lâcha un soupir d'agacement. Soit, il était le roi, elle n'avait fait que donner son avis, mais, la décision lui revenait. Hannroi poursuivit abordant le sujet de la régence. Il la prit au dépourvus. Elle, régente ? Était-il sérieux ? Non pas que le pouvoir ne lui déplaisait pas, mais, dans les meilleures conditions. Mórrighan se voyait déjà sur le trône avec un ventre prêt à donner naissance. De plus, la plupart des grands vassaux se ligueraient pour s'emparer du gouvernement, car, elle n'était pas aussi adorée que l'ancienne reine. Elle allait devoir se faire des fidèles et affirmer son autorité. Mais derrière tout cela se cachait la crainte de ne pas pouvoir, contenir et cacher son secret. Dans un accès de colère, elle se voyait déjà briser les vitraux du château.

    « Je ne suis pas certaine... Que je sois la mieux placée pour régenter. Je ne suis pas autant appréciée que ta défunte épouse.   »

    Dit-elle sur un ton acerbe. Elle savait pertinemment qu'elle n'était pas totalement légitime aux yeux de tous et parfois, elle avait même l'impression de ne pas l'être aux yeux de son époux. Mórrighan se sentait comme une remplaçante, mais, la véritable reine des cœurs et du royaume était sous terre. De plus, les rumeurs sur ses infidélités n'arrangeaient nullement les choses. Il posa sa main sur le petit ventre de la reine puis il la glissa vers celle de son épouse.

    « J'espère que les dieux vous donneront raison.  »

    La souveraine espérait simplement que le dieu Dagnar et Médiane ne se mettent pas d'accord sur les vies à prendre. Perdre Hannroi serait terrible. Órfhlaith n'était pas prête à traverser une telle épreuve et en plus d'assumer le pouvoir, quant à Mórrighan, sa place au château serait, sans aucun doute, remise en cause. La vérité sur sa fidélité pourrait dès lors éclater au grand jour et il en serait fini d'elle et de son enfant à naître. Un brusque mouvement fit sursauter la souveraine.

    « Oh ! Il vient de bouger.   »

    Elle prononçait souvent le pronom "il ", car, au fond d'elle-même, la souveraine espérait avoir un fils. Le peuple serait ravi et ça serait une sorte de revanche sur la défunte reine qui avait réussi qu'à donnée qu'une héritière.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« The sound of iron shocks is stuck in my head »
A soldier on my own, I don't know the way
I'm riding up the heights of shame
I'm waiting for the call, the hand on the chest
I'm ready for the fight, and fate [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannraoi C. V. Middwyf
avatar




Messages : 33
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Dim 26 Avr - 0:18

Le Roi n'avait pas vraiment l'impression que ses paroles suffisaient à rassurer la Reine. Cependant, il souhaitait profiter de cet instant d'intimité au cours duquel Morrighan semblait vouloir enfin se confier. La reine laissa échapper un soupir d'agacement lorsque Hannraoi exposa les raisons qui l'obligeaient à introduire une nouvelle taxe. Son épouse paraissait frustrée qu'il ne tienne pas compte de son avis. Cependant, le Roi avait déjà longuement réfléchi sur le sujet avec ses conseillers et sa décision était prise. Et puis, il n'était pas venu pour parler de ça ou pour revenir sur son projet de loi. Il ignora donc la réaction de sa femme qui de toute façon masquait rarement son dédain ou son irritation.

Ensuite, ce fut la surprise qui sembla saisir Mórrighan. Lorsque le Roi évoqua la possibilité de la nommer Régente à la place d'Órfhlaith, la Reine se figea et sembla imaginer cette possibilité pour ensuite lui répondre avec dédain qu'elle ne jouissait pas de la popularité d'Aislinn. Hannraoi la fixa avec surprise et colère. Il n'aimait pas vraiment que le nom de la Reine défeinte soit évoqué aussi froidement et il avait l'impression que Mórrighan ressentait une jalousie puérile pour sa première épouse désormais morte. Ce genre de comportement avait tendance à l'irriter. Et pourtant, la Reine n'avait pas tort dans ce qu'elle disait. Aislinn avait toujours été appréciée de tous et nombreux étaient ceux qui avaient pleuré sa mort aux côtés du Souverain, inconsolable à l'époque. Et même si le Roi se surprenait encore à penser à sa défunte épouse, il était passé à autre chose et souhaitait que ce soit le cas pour tout le monde. Avec fermeté, il répondit donc :
Tu auras l'occasion de te faire apprécier. La cour ne te connais pas depuis très longtemps et je suis certain que tu y parviendrais. Cependant, les peurs de son épouse avaient quelque peu déçu le roi, qui s'attendait à plus d'assurance de la part de la Reine. Mais tu as peut-être raison. Il est encore trop tôt pour en parler, de toute façon. Et je suis encore loin du champ de bataille.
Pourtant, bientôt, le moment viendrait pour lui de faire un choix entre Mórrighan et sa fille. Hannraoi aurait voulu profiter de la guerre pour endurcir Órfhlaith et la mettre face à ses responsabilités mais si cette dernière n'était pas encore prête, ce serait un pari risqué. Il espérait alors pouvoir compter sur l'expérience et la fermeté de Mórrighan.

La Souveraine conclut en espérant que les Dieux confirmeraient les paroles du Roi. Lui aussi l'espérait. Dans les faits, rien ne garantissait que les événements se dérouleraient sans heurts. Sans les dragonniers à ses côtés, le Roi se savait perdu. Et pourtant, même avec le monde entier contre lui, Hannraoi ne capitulerait pas.

Soudain, la Reine sursauta tout en s'exclamant : le bébé venait de bouger et l'avait surprise. Le Roi sourit et fut presque déçu de ne pas avoir senti sa progéniture s'agiter dans le ventre rebondi de Mórrighan. Néanmoins, il caressa une dernière fois l'enfant avant de s'enquérir de son état.
Il est donc vigoureux, c'est une excellente nouvelle. Les Prêtresses vous ont-elles donné des prédictions sur l'enfant?
Il savait la Reine en contact avec les Prêtresse qui parfois, recevaient des présages quant au sexe des bébés à naître. La Reine l'aurait certainement averti si tel avait été le cas, mais elle était tellement secrète en ce moment que Hannraoi n'aurait pas été étonné si qu'elle lui dissimule ce genre de chose. Au fond, le roi espérait un fils. Il aurait ainsi pu connaître la joie d'éduquer un garçon et une fille. De toute façon, il savait déjà qu'Órfhlaith serait l'héritière de son Royaume. L'aîné devrait toujours avoir la priorité sur le cadet, telle était sa conviction la plus profonde... Il fallait dire qu'elle allait dans son sens.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mórríghan D. Middwyf
avatar

Reine de Dàl Riada


Messages : 125
Date d'inscription : 08/09/2012
Lieu d'habitation : Dal Riada
Métier/classe sociale : Reine du Nord

Mes savoirs
Allégeance: Hannraoi ( Nord )
Statut RP : Disponible

MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   Dim 26 Avr - 1:48

Il y avait une chose qui ne plaisait pas à la souveraine: qu'on lui dise non ou qu'on lui prise de liberté. Sa mère la belle Vivienne n'avait pas supportée cela aussi. Mórrighan savait toute la vérité concernant sa mère. Elle était une prêtresse qui voulait changer les choses et le bien autour d'elle mais, qu'elle était privée dans ses agissements à cause de la Haute prêtresse. Par la suite, elle rencontra le père de Mó, ils s'aimèrent profondément et jusqu'à la fin. Elle décida de tout quitter et rompre ses liens, son pouvoir face à la Haute prêtresse afin, de pouvoir se marier. Une fois enceinte de son premier enfant, il s'agissait d'un fils, Vivienne ne s'inquiéta pas de savoir s'il avait des pouvoirs. En revanche, avec sa fille ce fut plus compliqué, elle repéra tout de suite l'éclair jaune des prêtresses. Elle le cacha à son fils et son époux. Vivienne fit jurée à sa fille de ne jamais rien dire sur sa condition car, elle serait dans l'obligation soit d'intégrer les prêtresses ou bien d'abandonner ses pouvoirs. Pour elle, cacher ses pouvoirs tout en ne faisant pas partit des prêtresses c'était comme une revanche sur la vie.Les problèmes commencèrent à apparaître pour Mó, dès son mariage. Elle ne faisait pas partit des prêtresses mais, elle n'était pas n'ont plus aussi libre qu'elle le voulait. Son caractère jouer sur la maîtrise de ses pouvoirs.Hannroi était ferme, il ne revenait rarement sur sa décision. La reine avait réussi à l'agacer mais, elle l'était aussi. Il lui répondit avec une telle fermeté qu'avec l'énervement, la jeune femme fit baisser la température de la pièce sans même s'en rendre compte. Elle termina ce sujet sur une note d'espoir. Pourvus que Médiane ne prenne pas la vie de son époux, après tout elle pouvait bien accordée ça à l'une de ses plus grandes servantes.


Le bébé bougea rappelant à l'ordre la souveraine qui se rendit compte qu'une fois de plus, elle ne se maîtrisée pas seulement, elle ne pouvait pas remonter la température de la pièce sans magie et c'était prendre le risque de se faire avoir par son époux. Le roi caressant son ventre lui demanda alors si les prêtresses avaient fait des prédictions sur l'enfant. La plus grande crainte de Mórrighan était les prêtresses. Sa mère l'avait bien endoctrinée contre elles. La souveraine ne voulait donc pas voir de prêtresse car, elles étaient les seules à pouvoir précisément reconnaître l'une d'entre elles. C'est pour cette raison qu'elle avait toujours refusée d'avoir l'une d'entre elles à ses côtés ou c'était portée souffrante ou trop occupée lors des rencontres avec la Haute prêtresse. Evidemment, cela avait amenée des rumeurs sur le fait que la reine était trop jalouse de la beauté de la Haute prêtresse pour oser l'affronter de face mais, Mó se fichait de cette rumeur car, il était plus important qu'elle ne soit pas détectée par cette femme.

« Je préfère ne pas savoir, j'ai tellement peur de ce qu'elles peuvent m'annonçaient, peur d'être déçue ou de vous décevoir. Vraiment, je ne veux pas savoir...  »dit-elle comme excuse et espérant que cela fonctionne.

Elle offrit son plus beau sourire à son époux espérant l'amadouée ainsi car, même s'ils étaient incompatibles, la souveraine avait parfaitement conscience de sa meilleure carte: son physique. Elle avait réussit à séduire le roi comme elle avait réussit à séduire plusieurs autres hommes tels que le très beau Duc d'Alfa et connétable du Roi, Daélan Clamavain. Malheureusement, Mó fut prise à son propre piège. Si pour le duc il n'y avait qu'un jeu de séduction, la souveraine se rendit compte qu'ils étaient parfaitement compatibles. Mais, le noble était déjà à la conquête d'une autre pierre précieuse tel que Alnieva Middwyf. Sa propre belle-sœur !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« The sound of iron shocks is stuck in my head »
A soldier on my own, I don't know the way
I'm riding up the heights of shame
I'm waiting for the call, the hand on the chest
I'm ready for the fight, and fate [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le secret de la reine | Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le secret de la reine | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) CAITLIN STASEY ► Jane Dormer, dame d'honneur de la reine [LIBRE]
» A la recherche d'un passage secret! (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stronghold Kingdoms ::  :: Royaume du Nord :: Camelot ,capitale du Nord :: Le Château royal :: Le Château :: Appartements royaux :: Appartement de la reine-